Eco-conception web : « Tous les acteurs du numérique ont un rôle à jouer et pas seulement les fabricants »

Romain Petiot est consultant en éco-conception web.

Il intervient au festival Web2day le jeudi 6 juin 2019 au matin.

 

 

Présentez-vous ?

Je suis consultant en éco-conception web. Cela consiste en la réalisation de sites web qui prennent en compte les problématiques environnementales. Peu d’entrepreneurs, peu d’acteurs du numérique connaissent l’empreinte écologiques de leurs activités en ligne.

 

Comment en êtes-vous arrivé à cette spécialité ?

C’est l’application de valeurs personnelles au milieu professionnel, il y a 6 ans, je me suis dit que je faisais attention dans mon quotidien, (tri des déchets, déplacement à vélo électrique, compost, potager… ) Et je me suis posé la question de l’impact de mon travail sur la planète au sens large du terme.

 

Comment pollue-t’on aujourd’hui avec le numérique ?

Le numérique représente 3,7 % des émissions de gaz à effet de serre. Autant que l’aviation. Sans rien faire, en 2025, cela représentera 8%. Si Internet était un pays, il serait le 3ème pays le plus énergivore. Pour calculer une empreinte environnementale, il faut réaliser une analyse de cycle de vie du matériel. On va détecter toutes les pollutions : de l’extraction des matières premières en passant par la fabrication, la phase d’utilisation et pour finir la fin de vie.

On le sait, au niveau de l’extraction des minerais des terres rares  (Chine, Congo) on constate un non respect des conditions de travail couplé à des impacts environnementaux importants ? Quelles solutions apporter à notre niveau ?

Déforestation, pollution chimique et radioactivité sont les conséquences de cette extraction de matières premières. La solution, c’est l’allongement de la durée de vie du matériel. Il faut permettre des projets web sur du matériel ancien. Cela passe par le développement d’applications avec une conception adaptée. Aujourd’hui, les logiciels sont très lourds en terme de poids et nécessitent énormément de ressources informatiques : la mémoire vive, le processeur et le poids des fichiers transférés : par exemple sur les pages web.

 

Ainsi votre travail consiste à optimiser ces logiciels ? Avez-vous des exemples concrets à nous donner ?

Il faut d’abord commencer au niveau fonctionnel : c’est à dire on va parler de sobriété et l’objectif, c’est de répondre à l’utilisateur sans surplus. Exemple : on utilise 20% des fonctionnalités Excel. Du coup 80% : c’est du “gras” numérique. Cela nécessite des ressources de manière inutile.

Comment contribuez-vous concrètement dans votre travail au quotidien pour atteindre cette sobriété ? Comment menez-vous ça avec vos clients ?

C’est un échange avec lui : il va être en capacité de me dire si telle ou telle fonctionnalité sera utile aux Internautes ou non. Il existe par exemple une habitude qui consiste à mettre une Google Map sur les formulaires de contact. C’est rarement nécessaire si l’Internaute veut seulement contacter le client ou juste avoir une information complémentaire.

 

Est-ce que proposer un site avec des couleurs sombres comporte un réel intérêt pour l’éco-conception web ?

La réponse est non. Il existe un grand nombre de leviers plus importants à prendre en compte au préalable. L’éco-conception web est une discipline transversale. On ne va pas s’intéresser qu’on design. On va se pencher sur l’hébergement, le réseau, les smartphones, les tablettes…

 

Si j’ai 8000 mails non lus dans ma messagerie ? Suis-je un gros pollueur ?

Ce n’est pas bien, ça c’est sûr. (Rires) Mais il vaut mieux cela que de changer son smartphone tous les 18 mois ou tous les 2 ans. C’est la norme dans les pays développés selon les différentes études.

 

Les fabricants rendent nos téléphones obsolètes assez rapidement en général, pourquoi et comment votre travail permet de continuer à les utiliser sur le plus long terme ?

Tous les acteurs du numérique ont un rôle à jouer et pas seulement les fabricants. Les développeurs doivent prendre en compte l’utilisation de leurs projets sur des vieux devices (NDLR : smartphones). Il faut retravailler l’expérience utilisateur pour être plus efficient, la majorité de mes projets est compatible avec les Iphone 4.

 

Quels sont les effets positifs de l’éco-conception web en dehors des bienfaits environnementaux ?

Un site web éco-conçu est un site performant, il améliore l’expérience utilisateur. Il a également des bienfaits sur le référencement naturel : Google attribue un crédit temps pour explorer un site. Si ce dernier est performant les robots du moteur de recherche pourront ainsi explorer plus de pages.

 

Informations

romain@ihaveagreen.fr

https://twitter.com/romainPetiot44

www.ihaveagreen.fr

 

A lire également sur Actu Ouest : la start-up DevDu qui favorise les circuits courts.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *